Aller au contenu principal

INFORMATION

Le musée est fermé jusqu'à nouvel ordre mais reste à vos côtés en vous proposant de multiples ressources en ligne.

En savoir plus
Château de Caen
Musée fermé aujourd'hui

Masque facial de "Wiigeischt" (esprit du vin), 1998, carnaval de Walenstadt (Suisse) © Olivier Desart pour le musée international du Carnaval et du Masque de Binche - Belgique

La farce de Pates-Ouaintes

Une pièce de théâtre carnavalesque et contestataire

Conférence exposition "Carnavals"
tout public 1h30 Gratuit

Conférence annulée.

 

Conférence par Stéphane Laîné, docteur en Sciences du langage et linguistique de l'Université de Caen Normandie

Dans le cadre de l'exposition "Carnavals".

 

À l’automne 1492, une décime est levée dans le royaume de France à la demande du pape Innocent VIII.
Le clergé normand est défavorable à cet impôt, en particulier l’université de Caen. Selon ses membres, ses privilèges apostoliques l’exemptent de décime.
De nombreux recours légaux sont déposés, des échauffourées se produisent et les étudiants caennais écrivent finalement une sottie, La Farce de Pates-Ouaintes, jouée publiquement le 19 février 1493 dans un esprit parfaitement carnavalesque devant l’hôtel particulier du lieutenant général du bailli de Caen, Girard Bureau. Celui-ci est en effet le défenseur civil des privilèges de l’université, mais il doit aussi percevoir la décime du fait de sa charge. Il est le héros malheureux de la pièce qui porte le nom de son personnage, Pates-Ouaintes.
 

Historien de la langue française et dialectologue, Stéphane Laîné est un spécialiste reconnu de l’onomastique et de la dialectologie normande. L’ensemble de ses travaux publiés témoigne d’un questionnement sur les rapports entre la langue écrite et la langue orale, la pratique populaire et la norme savante ou officielle, les multiples formes de la variation linguistique.
Ses recherches l’ont aussi conduit à traiter de l’histoire de la Normandie par le prisme de la littérature et de la linguistique.
Il a dirigé plusieurs ouvrages aux Presses universitaires de Caen et écrit une cinquantaine d’articles consacrés à l’histoire de la langue française et à la dialectologie normande, organisé ou contribué à organiser une douzaine de colloques ou de journées d’études scientifiques.

Accessibilité :