Musée de Normandie

Artisanat & industrie

Ensemble de fontaines, pichets d'amitié et bouquetière, grès, glaçure au plomb, Noron-la-Poterie (Calvados), seconde moitié du XIXe s. ©Musée de Normandie - Ville de Caen

Trois salles se partagent l'évocation de l'artisanat normand à travers la présentation de trois matériaux : la terre cuite – poterie –, le bois et le métal.

Les collections de poterie figurent parmi les plus emblématiques du Musée de Normandie. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la poterie est le matériau le plus courant pour la fabrication de nombreux ustensiles de la vie quotidienne. Les centres potiers se distinguent par les argiles employées, les techniques et les décors des objets. A la fin du XVIIIe siècle, l’activité est stimulée par l’essor de l’élevage bovin et la demande en récipients pour la conservation et le transport des produits laitiers. Les tuileries et briqueteries étaient souvent associées aux centres potiers, et ceux du Pré-d'Auge, près de Lisieux se sont particulièrement distingués dans la production de décors de toiture, les épis de faîtages, qui couronnaient les manoirs aux XVIe et XVIIe s.

Le travail du bois est quant à lui indissociable d'une autre production caractéristique, mais néanmoins récente, de la Normandie : l'armoire normande. Les célèbres armoires de mariage sont fabriquées pour les classes urbaines aisées et l'élite d'une paysannerie enrichie. Mais l'image de la Normandie est aussi associée à celle de la maison à colombages qui domine en effet dans l'habitat rural en Normandie orientale et dans le sud-ouest de la région. Ailleurs domine une Normandie de la pierre qui utilise cependant le bois pour la charpente.

Enfin, si l'agriculture domine les économies des siècles passés, les campagnes ont toujours accueilli des activités artisanales ou industrielles qui les firent résonner du bruit des métiers ou des marteaux des forges. L'atelier du forgeron, du maréchal-ferrant dans les petites villes, fonderies et hauts-fourneaux qui approvisionnent les ateliers et les usines, font également partie du paysage normand. Collections d'objets en fonte, en étain, en cuivre et en fer blanc s'en font l'écho dans les vitrines du musée.