Musée de Normandie

Le Musée des Beaux-arts

Le premier musée des Beaux-Arts ouvert au public en 1809 a été détruit pendant les bombardements de 1944. Les collections, heureusement évacuées dès 1939, vont prendre place dans un nouvel édifice construit en 1970 sur le site du château. La rénovation, entreprise vingt ans plus tard et achevée en 1994, a respecté la sobriété du bâtiment qui, avec ses volumes géométriques et ses lignes horizontales, s’intègre parfaitement aux remparts.

Plus de détails

1/5 Les collections du musée des Beaux-Arts

  • Vue intérieure du musée des Beaux-Arts. MBA, Caen / Martine Seyve

Les espaces d’exposition déployés sur deux étages et déclinés en petits cabinets, galeries et salles monumentales, s’articulent autour de l’atrium central, véritable puits de lumière pour le musée. Plusieurs salles en enfilade accueillent au rez-de-chaussée d’importantes expositions temporaires tandis qu’au rez-de-jardin le cabinet des estampes conserve plus de cinquante-deux mille œuvres graphiques provenant pour l’essentiel de la collection léguée en 1870 par Pierre-Bernard Mancel.

1060
11-12e s
13-14e s
15-16e s
16-17e s
19e s
20e s
21e s
Frise

2/5 La peinture aux 15e et 16e siècles

  • PÉRUGIN (Pietro Vannucci, dit), Le Mariage de la Vierge (1504). MBA, Caen / Martine Seyve
  • WEYDEN (Rogier Van der), La Vierge et l’Enfant (milieu du 15e s.).  MBA, Caen / Martine Seyve
  • FLORIS (Floris de Vriendt, dit Frans), Portrait de dame âgée (1558).  MBA, Caen / Martine Seyve.
  • VÉRONÈSE (Paolo Caliari, dit), Judith et Holopherne (quatrième quart du 16e s.). MBA, Caen / Martine Seyve
  • BORDONE (Paris), L’Annonciation (vers 1545-1550).  MBA, Caen / Martine Seyve

Entre 1803 et 1811, le musée reçoit soixante-dix-neuf peintures issues des confiscations révolutionnaires et des campagnes napoléoniennes. Elles constituent encore aujourd’hui le cœur de ses collections. Le Mariage de la Vierge, chef d’œuvre de la Renaissance achevé en 1504 par Pérugin pour la cathédrale de Pérouse, fut attribué à Caen en 1804 après avoir été enlevé par les Français en 1797 lors de la campagne d’Italie.

1060
11-12e s
13-14e s
15-16e s
16-17e s
19e s
20e s
21e s
Frise

3/5 La peinture aux 15e et 16e siècles

  • GUERCHIN (Gian Francesco Barbieri, dit), Coriolan supplié par sa mère (1643). MBA, Caen / Martine Seyve
  • GIORDANO (Luca), L’Enlèvement d’Hélène (vers 1680/1683). MBA, Caen / Martine Seyve
  • CHAMPAIGNE (Philippe de), La Samaritaine (vers 1648). MBA, Caen / Martine Seyve
  • JORDAENS (Jacob), Figure d’apôtre (vers 1620/1621). MBA, Caen / Martine Seyve
  • RUBENS (Pierre-Paul), Abraham et Melchisédech (vers 1615/1618). MBA, Caen / Martine Seyve
  • OSTADE (Adriaen Van), Le Porc écorché (vers 1650/1660). MBA, Caen / Martine Seyve

Dans l’une des plus importantes collections de peinture en région, le 17e siècle est particulièrement bien représenté avec des œuvres majeures de l’école italienne, du baroque flamand et du classicisme français. Tous les genres de la peinture hollandaise du siècle d’or sont également présents dans la collection. Ayant valeur de memento mori, le Porc écorché d’Adriaen van Ostade est l’un des quarante-trois tableaux légués en 1870 par le libraire caennais Pierre-Bernard Mancel.

1060
11-12e s
13-14e s
15-16e s
16-17e s
19e s
20e s
21e s
Frise

4/5 Les 18 et 19e siècles

  • BOUCHER (François), Pastorale (vers 1740/1750). MBA, Caen / Martine Seyve
  • PARET Y ALCAZAR (Luis), Vue de Fontarabie (dernier quart du 18e s.). MBA, Caen / Martine Seyve
  • DRÖLLING (Martin), Portrait de Nicolas Baptiste aîné dans le rôle d’Horace (1803). MBA, Caen / Martine Seyve
  • COUTURE (Thomas), Damoclès (1861/1866). MBA, Caen / Martine Seyve
  • COURBET (Gustave), La Dame aux bijoux (1866). MBA, Caen / Martine Seyve
  • BOUDIN (Eugène), La Plage de Deauville (1893). MBA, Caen / Martine Seyve
  • MONET (Claude), Étretat. La Manneporte (vers 1885). MBA, Caen / Martine Seyve

Surtout riche en œuvres françaises, la collection 18e siècle se répartit en portraits, scènes tirées de la mythologie ou de l’histoire antique et paysages. Tous les grands courants de la peinture du 19e siècle sont illustrés, en particulier l’académisme et le réalisme. La collection fait aussi la part belle aux artistes normands ou ayant travaillé en Normandie.

1060
11-12e s
13-14e s
15-16e s
16-17e s
19e s
20e s
21e s
Frise

5/5 La peinture au 20e siècle

  • Le musée des Beaux-Arts, accueil. MBA, Caen / Martine Seyve

Les choix opérés à partir des années 1960 pour constituer une collection d’œuvres contemporaines confirment l’importance accordée à l’expression picturale. La section 20e siècle s’ouvre avec un bel ensemble d’œuvres cubistes pour se poursuivre avec des peintures abstraites des années 1960 aux années 1990 avec notamment beaucoup d’œuvres monumentales. La collection se distingue également par la présence d’artistes résolument figuratifs.

1060
11-12e s
13-14e s
15-16e s
16-17e s
19e s
20e s
21e s
Frise